Informatisation/aides financières


Catégorie : Exercice Libéral

Nombre de consultations : 4.124

 

La télétransmission a pour but de simplifier la facturation et obtenir un paiement beaucoup plus rapide.

Quel matériel choisir  pour télétransmettre ses factures ?

Les critères de choix d'un logiciel et les aides financières possibles 

LE LOGICIEL

Il existe différents types de logiciels :

  • logiciels de base (création de FSE et télétransmission)
  • logiciels complets (gestion du fichier patients + gestion des suivis médicaux individuels + gestion du planning, du répertoire, de l'agenda, des rendez-vous + comptabilité + télétransmission )

C'est à vos attentes qu'il doit correspondre et doit être agréé par le CNDA, seule autorité, pour tous les régimes, à délivrer cette homologation. Certains vous diront parfois que le logiciel est sur le point d'être agréé.

LE CHOIX

Le choix sera fonction de votre activité et de votre pratique. Très souvent, les commerciaux ou les distributeurs s'auto-proclament leaders du marché, mais c'est à vous que le produit doit plaire, car vous allez l'utiliser journellement.

Si un proche vous aide dans votre approche et qu'il n'est pas professionnel de santé, il n'aura pas la même sensibilité que vous. Il convient donc de nuancer l'avis de conseillers informaticiens. Leur approche est celle d'un spécialiste parfois trop technique.

Ne vous fixez pas sur le premier logiciel présenté. Le marché est très ouvert, et offre un large choix. Il n'est cependant pas utile de connaître tous les produits. 5 à 7 démarches permettront un choix éclairé.

Demandez à chaque société informatique une démonstration, de préférence à votre domicile ou à votre cabinet. Elle sera réalisée, dans la plupart des cas, à l'aide d'un portable.

Lors de démonstrations sur votre site, précisez bien que vous en verrez d'autres sans préciser lesquels. De même, ne leur indiquez pas quels logiciels vous ont été présentés à la CPAM. Ceci ne les regarde pas et garantit notre neutralité.

L'EXPORTATION DES DONNEES

Ce point est fondamental. Il s'agit de l'exportation des données enregistrées sur votre logiciel. Personne ne peut vous garantir qu'un produit existera encore dans deux ou trois ans. Vous-même aurez peut-être envie de changer de logiciel.
Dans ces deux hypothèses, il faudra exporter de votre logiciel initial les données emmagasinées pour les importer vers le nouveau produit. Or certaines écritures informatiques ne se " transplantent " pas ou mal. De plus certains éditeurs introduisent des verrous interdisant cette exportation. Il est donc prudent d'interroger le distributeur sur ce point et d'exiger que cette garantie figure au contrat.

Ceci vous protège pour le futur, car en cas de disparition de la société éditrice et en l'absence d'exportation possible, vous risqueriez de devoir ressaisir manuellement toutes vos données. Essayez, dans la mesure de vos possibilités, de vous renseigner sur la pérennité de la société éditrice.

LA HOT LINE

Une grande majorité des sociétés éditrices de logiciels mettent à votre disposition des " hot-line " (lignes d'appels téléphoniques pour conseil ou dépannage). Dans leur quasi-totalité, ces " hot-line " résident souvent en province donc, attention au coût des communications téléphoniques ! Demandez un numéro d'appel "numéro vert" .

Si la société n'a pas mis en place ce système, essayez d'obtenir que ce soit elle qui vous rappelle après avoir indiqué votre numéro de client. Certains le font. Il s'agit donc pour vous d'un argument de négociation commerciale, de nature à vous éviter d'importantes dépenses de téléphone.

LE SERVICE APRES-VENTE

Le service après-vente est un point important à prendre en considération; il ne doit pas se limiter pas à une " hot-line " . Souvent, les distributeurs locaux assurent un dépannage de première intention. Ceci est " un plus ", car il favorise le contact de proximité, une plus grande disponibilité et un délai d'intervention plus rapide.

Demandez s'ils interviennent sur votre site en cas de panne et dans quel délai. Compte tenu des délais légaux de télétransmission avec les caisses, un SAV efficace doit pouvoir vous dépanner sous 24 ou 48 heures dans des conditions normales.

Là encore, il faut savoir si l'intervention porte sur le logiciel seul ou sur l'équipement complet (machine, lecteur de cartes, logiciel, réseau). Evidemment, si vous avez acquis le micro par un autre canal, soit la SSII n'interviendra pas et vous renverra vers votre vendeur soit elle vous facturera son intervention.
Si vous avez opté pour un pack complet, il y a une garantie constructeur pour la machine, pouvant être réalisée par le SAV du fabricant.

LA MAINTENANCE

Attention à ce que ce terme recouvre. En effet, les prix peuvent aller du simple au triple. Cela ne signifie pas pour autant que le moins cher est le meilleur.

Par maintenance, certains entendent uniquement la possibilité d'appeler la " hot-line ". D'autres incluent les mises à jour régulières des logiciels alors que dans la première hypothèse celles-ci sont facturées à l'unité.
Pour comparer valablement, il convient donc de faire préciser ce qui est compris dans cette maintenance. Les logiciels évoluent, la législation sociale également et les conditions technologiques du cahier des charges imposées aux sociétés éditrices progressent elles aussi. Il est donc impératif que vous soyez régulièrement destinataire de mises à jour. A défaut votre logiciel pourrait ne plus correspondre aux normes obligatoires.

L'INSTALLATION

Certaines sociétés prévoient une demi-journée incluant l'installation proprement dite (pouvant comprendre micro + logiciel + lecteur de cartes + connexion au réseau -cela en fonction de votre décision) et une formation au logiciel choisi.

Lors de l'établissement du contrat, demandez à ce que ces deux phases soient dissociées. En effet, certaines installations peuvent être longues. Ceci est fonction de différents aspects comme la configuration préalable du micro, l'installation de câbles, le paramétrage du logiciel et du lecteur etc…
Cela peut prendre 2, 3 heures, voire plus. Dans ces conditions, il ne vous reste plus qu'une heure de formation sur le logiciel, ce qui ne correspond qu'à une prise en main et ne vous permet pas réellement de pouvoir vous servir de votre logiciel après le départ du technicien. C'est pourquoi il est préférable de faire préciser d'une part le temps d'installation par le distributeur et d'autre part, la durée de la formation prévue lorsque tout le système est prêt à fonctionner.

LA FORMATION

En fonction de vos connaissances sur micro, il vous faudra peut-être une formation complémentaire sur le logiciel. Elle peut être assurée soit par la société, sur un site qui lui est propre, soit à votre cabinet. Dans les deux cas, sachez qu'elle est payante, mais plus chère à votre site, car il y a immobilisation d'un agent durant une certaine période. Demandez quel est le coût horaire ou à la demi-journée. Si vous pouvez vous grouper avec des confrères utilisant le même logiciel, demandez une réduction de cette formation.

Attention, il ne faut pas confondre une formation spécifique au logiciel choisi par vous avec une formation " Windows ". Vous devrez peut-être aussi apprendre à utiliser ce logiciel, base principale de fonctionnement de la plus grande majorité des logiciels médicaux et paramédicaux en version PC.

A ce jour, il n'existe que peu de logiciels agréés avec le système d'exploitation Mac-Intosh. Mais certaines sociétés ont développé des "passerelles" PC-MAC.

LES SOCIETES DE FACTURATION

Elles établissent vous feuilles de soin et,les envoient aux organismes .

Elles gèrent les conventions avec les mutuelles ,télétransmettent les FSE aux caisses et aux mutuelles.

Elles éditent les bordereaux de télétransmission et les rapports Noemie ,gèrent les rejets .

MAIS chaque idel est responsable de ce qui a été facturé par la société en son nom du fait de sa signature électronique (ou non) des feuilles de soins .

De part ce fait nous recommandons fortement de tout controler et vérifier comme avec un logiciel de gestion !

Gain de temps peut etre mais vigilance obligatoire .

 

LE FINANCEMENT DE VOTRE INFORMATIQUE

Beaucoup de SSII proposent différentes possibilités. La plus courante est l'achat, mais la location existe et présente deux choix :

La location avec option d'achat (leasing). Vous réglerez des mensualités durant une certaine durée et en fin de période vous pourrez devenir définitivement propriétaire de votre système par le rachat de la part résiduelle.
En matière informatique, l'inflation technologique est telle qu'après une période de 2 ou 3 ans le matériel n'a quasiment plus aucune valeur marchande. Si vous optez pour cette solution faites attention au montant de la valeur de rachat.

La location pure du système. Vous réglez des mensualités mais vous n'êtes jamais propriétaire de votre produit. Cette approche peut vous permettre de maintenir votre configuration en adéquation avec les évolutions techniques. Si, par exemple, vous désirez changer votre imprimante ou adapter un scanner, il suffit de contacter votre société, laquelle vous fera une nouvelle proposition de location.

Dans les deux cas, cela peut présenter des avantages financiers, la location étant fiscalement déductible jusqu'à un certain plafond. Avant de vous engager sur cette voie consultez votre association de gestion agréée.

LES AIDES FINANCIERES

FORFAIT D’AIDE À LA MODERNISATION ET À L’INFORMATISATION DU CABINET: FAMI 

Le forfait est composé de :

  • 6 indicateurs obligatoires ouvrant droit à une rémunération de 590 € ;
  • 2 indicateurs optionnels pour l’équipement en télésanté : 350 € pour l’équipement en vidéotransmission et 175 € pour l’équipement en appareils médicaux connectés. Ces 2 indicateurs optionnels sont indépendants des indicateurs obligatoires, leur rémunération est indépendante de l’atteinte des indicateurs obligatoires.  

Pour pouvoir bénéficier du forfait d’aide à la modernisation et informatisation du cabinet professionnel, il est nécessaire de déclarer chaque année sur amelipro ses indicateurs pendant la période de saisie.
• Liste des indicateurs complémentaires (télésanté) et optionnels disponible sur ameli.fr

 

                                                           notre partenaire INFIMAX

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Informatisation/aides financières.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 10 + 4 = ?

Articles similaires

La SCM

le jeudi 17 novembre 2016 à 22h24

Prévue par l'art. 36 modifié de la loi n° 66-879 du 29/11/66, la SCM est régie par les articles 1845 et suivants du Code civil. L'objet de la SCM n'est pas l'exercice de la profession mais seulement la prestation de services ou la fourniture de moyens matériels à ses membres dont la situation juridique professionnelle ne subit aucun changement. Elle a pour but de faciliter l'exercice de l'activité de chacun. Les associés qui sont nécessairement des membres d'une ou de plusieurs professions libérales sont indéfiniment et conjointement responsables

Lire la suite

L’interdiction de la publicité pour les infirmiers

le samedi 19 novembre 2016 à 00h02

Un principe réglementaire d’incompatibilité avec l’exercice de la profession

« La profession d'infirmier ou d'infirmière ne doit pas être pratiquée comme un commerce. Tous les procédés directs ou indirects de réclame ou publicité sont interdits aux infirmiers ou infirmières ». Ainsi est fixé le principe d’incompatibilité entre l’exercice de la profession d’infirmier et toute pratique de publicité par l’article R. 4312-76 du code de la santé publique.

Lire la suite

La collaboration

le jeudi 17 novembre 2016 à 22h24

Depuis la Loi du 2 août 2005 dite "Loi Jacob", en faveur des petites et moyennes entreprises, le contrat de collaborateur libéral a été étendu à toutes les professions réglementées, dont celles de la santé. Auparavant, seules quelques professions libérales pouvaient utiliser ce dispositif.

En devenant collaboratrice infirmière libérale, vous rejoignez un cabinet existant, sans y être associée. Vous gardez votre indépendance, vous constituez votre propre patientèle, vous utilisez vos feuilles de soins, vous facturez en votre nom, … En échange, vous versez une redevance au cabinet qui vous accueille. Elle vient en contrepartie des différents moyens dont vous disposez pour votre pratique : local, patientèle, etc. Ce sont comme des charges que vous devez régler. Ce statut d’infirmière collaboratrice est un statut intermédiaire qui permet de vous fixer sans porter de responsabilités financières. Il est évidemment encadré par un contrat de collaboration signé entre vous et le cabinet qui vous accueille.

Lire la suite