Catégorie : article sponsorisé

Perte de poids : nos 2 meilleures astuces pour brûler vos graisses superflues

mardi 29 juin 2021 par Brigitte Femenia

Le surpoids représente l’un des problèmes de santé majeurs de notre époque. Ses conséquences sont en effet désastreuses sur la santé en raison de son lien étroit avec les affections comme l’hypertension et le diabète.

Pour remédier à cette situation, plusieurs régimes sont proposés pour perdre rapidement du poids. Le hic, c’est que le consommateur se retrouve finalement confus devant la panoplie d’offres disponibles sur le marché. Si comme beaucoup d’autres, vous souhaitez perdre du poids, découvrez dans cet article nos 2 astuces imparables pour brûler efficacement vos graisses superflues. Résultats assurés.

Opter pour les tisanes

 Beaucoup l’ignorent, mais les tisanes représentent un excellent palliatif pour détoxifier l’organisme. En effet, c’est grâce aux principes actifs contenus dans les plantes que ces tisanes facilitent la perte de poids.

Cela s’explique notamment par leur richesse en antioxydants, une essence favorisant la dégradation des graisses et donc leur élimination. Pour preuve, les bienfaits des feuilles de framboisiers sont souvent cités en raison de leur capacité détoxifiante.

Mieux, les infusions à base d’épices sont recommandées pour accélérer la combustion des graisses.


En somme, pour perdre efficacement du poids, il est conseillé de recourir aux tisanes brûles graisses comme :

  • La cannelle ;

  • La réglisse ;

  • La menthe ;

  • Le laurier ;

  • Etc.

Utiliser les bons complémentaires alimentaires

En dehors des tisanes, les complémentaires alimentaires représentent l’autre alternative efficace pour la perte de poids. En effet, il existe une gamme diversifiée de complémentaires alimentaires capables de vous aider à brûler efficacement vos graisses superflues.

L’astuce ici, c’est de choisir le bon complément alimentaire minceur pour un résultat rapide et sans effets secondaires. Dans cette optique, il est important de veiller à ce que le complément alimentaire de votre choix soit d’une grande qualité. Et vous le conviendrez avec nous, qui parle de qualité fait référence aux ingrédients naturels.

En clair, vous devez opter pour un complément alimentaire minceur très riche en produits naturels, à l’instar du thé vert ou de la caféine. Pour brûler vos graisses tout en gardant un bon régime alimentaire, vous pouvez aussi faire recours à la spiruline.

Prisée pour son apport énergétique extraordinaire (plus de 60 % de protéines), elle contribue efficacement à la réduction de la graisse du corps. On la recommande aussi pour son efficacité dans la réduction de l’appétit, notamment chez les personnes en surpoids. En somme, associée avec des activités sportives régulières, la spiruline contribue fortement à la perte de poids.


 

Auteur : Emmanuel Higel

Comment détoxifier facilement et naturellement l’organisme ?

jeudi 3 juin 2021 par Brigitte Femenia

Comment détoxifier facilement et naturellement l’organisme ?

L’organisme contient une quantité énorme de toxines et de déchets. Heureusement, ces derniers sont naturellement évacués par les sécrétions naturelles telles que les urines et la sueur. Cependant, vous pouvez donner un coup de pouce à votre organisme en optant pour des méthodes de détoxification. Voici comment détoxifier facilement et naturellement votre organisme.

Utilisez les bonnes tisanes

La nature est dotée de plusieurs plantes aux vertus aussi surprenantes qu’utiles. Afin de détoxifier naturellement votre organisme, utiliser certaines de ces plantes est un choix judicieux. Si vous vous demandez « Quelles plantes pour nettoyer son organisme ? », sachez que vous pouvez commencer par l’aloe vera. Cette plante aux vertus détoxifiantes est extrêmement efficace pour vous aider à éliminer le surplus de toxines.

Vous trouverez aussi sur le marché des tisanes aussi efficaces que naturelles. Il y a par exemple la Tisane détoxifiante bio Body clean. Il s’agit d’un condensé de diverses plantes comme la verveine, le moringa, la betterave, etc. Ces dernières sont connues pour leurs taux élevés de flavonoïdes, de vitamines et de minéraux. Cela fait de cette infusion un allié de taille pour renforcer votre système immunitaire et éliminer les déchets plus efficacement.

Consommez des jus verts

Il existe une multitude de fruits et légumes qui présentent des propriétés détoxifiantes impressionnantes. L’une des meilleures manières de profiter de celles-ci est en l’occurrence l’extraction de leur jus, dit vert. Les jus verts représentent d’excellentes options pour votre cure détox.

Cela s’explique par le fait qu’ils augmentent les apports en minéraux dans votre organisme. Ils sont aussi très riches en fibres (ils régulent le transit intestinal) et en vitamines. Dans la catégorie des jus verts, vous avez le jus de basilic au concombre ou encore le jus de chou kale. Les jus verts sont sans danger et surtout faciles à préparer.

Buvez beaucoup d’eau

Augmenter votre consommation en eau est aussi très efficace pour détoxifier votre organisme. En effet, bien vous hydrater stimule vos reins qui augmentent la production d’urine. Celle-ci s’évacue avec les toxines en trop. Ainsi, il est important que vous buviez autant d’eau que nécessaire.

Pour vous aider, vous pouvez définir un intervalle de temps au bout duquel vous apporterez une quantité donnée d’eau à votre organisme. Un adulte doit boire entre 2 et 3 litres d’eau par jour afin de garder son corps hydraté au mieux. Cela équivaut à environ 16 verres d’eau en une journée.

Pour bien fonctionner, l’organisme a besoin d’éliminer efficacement ses toxines. Vous pouvez l’y aider en prenant soin de le détoxifier par moments grâce à ces quelques astuces.

Auteur : Emmanuel Higel

Cannabis thérapeutique : l’autorisation d’expérimentation est désormais officielle en France

vendredi 28 mai 2021 par Brigitte Femenia

Longtemps tenu éloigné des protocoles thérapeutiques en France, le cannabis à usage médical fait l’objet depuis quelques jours d’une autorisation d’expérimentation dans l'hexagone. Périmètre d’expérimentation, usage pharmaceutique et projections sur l’avenir : un point complet sur le cannabis thérapeutique en France.

La France rattrappe son retard

En autorisant officiellement l’expérimentation du cannabis thérapeutique, la France rejoint une trentaine de pays dans le monde dans lesquels il est déjà possible de se faire prescrire des traitements médicaux à base de cannabis. Si cette première étape ne consiste pour le moment qu’en un test “grandeur nature”, elle constitue néanmoins un réel espoir pour de nombreux malades qui réclamaient, en vain, l’évolution de la réglementation française en la matière, depuis plusieurs années.

Autorisée par l’Assemblée nationale en 2019, puis retardée pour cause de crise du Covid, cette première expérimentation est mise en place depuis le printemps 2021, auprès de 3000 patients. Elle fait l’objet du décret n° 2020-1230 paru le 7 octobre 2020, qui en précise les détails.

En inscrivant cette expérimentation dans un processus légal et réglementaire, la France prend donc le sillage de nombreux pays ayant franchi ce cap au cours des dernières années. Les Pays-Bas, précurseurs européens en la matière (le cannabis thérapeutique y est autorisé depuis 2003), ont en effet ouvert la voie à de nombreux autres pays du continent : Italie, Norvège, République Tchèque, Angleterre, Allemagne... Ailleurs dans le monde, le cannabis à usage médical progresse également, des Etats-Unis (où son utilisation est légale depuis 1996 en Californie) à l’Israël, en passant par le Canada ou encore le Chili, l’Australie ou la Nouvelle Zélande. Ces derniers mois, les chinois ont également accéléré leur réflexion sur le sujet, en autorisant notamment la culture de cannabis à visée thérapeutique sur leur territoire, de manière réglementée.

Les détails du décret paru en Octobre 2020

Depuis le 9 octobre dernier et la parution du décret cité plus haut, les choses se précisent en France. Ainsi, et selon les autorités, l’expérimentation de l’usage thérapeutique du cannabis s'opérera prochainement “dans un cadre contrôlé et limité auprès de patients souffrant de maladies graves”.

Les pathologies entrant dans le périmètre de l’expérimentation

Comme le détaille le décret, l'expérimentation française de l’usage thérapeutique du cannabis est prévue pour une durée de 2 ans, et concernera uniquement certains situations clinique ou indications thérapeutiques précises, parmi lesquelles :

  • les pathologies du système nerveux central, incluant notamment les douleurs musculaires liées à la sclérose en plaques ;

  • les douleurs neuropathiques sans réponse de la part de la médecine traditionnelle ;

  • certaines formes d'épilepsie résistantes aux traitement traditionnels prescrits ;

  • certains symptômes rencontrés par les malades du cancer ;

  • les cas palliatifs, pour les patients en fin de vie.

Un usage pharmaceutique encadré

Par ailleurs, les usages liés à cette expérimentation ont également été détaillés. Si les produits prescrits auront la particularité de contenir du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et du cannabidiol (CBD), leur méthode de consommation est très stricte :

  • un usage sous forme orale grâce à des capsules et solutions solubilisées dans une matrice huileuse contenant du THC et du CBD ;

  • un usage par inhalation sous forme de vaporisation telle que des sommités fleuries séchées ou des granulés, contenant du THC et du CBD.

Au total, ce sont 3000 patients français qui vont pouvoir bénéficier de cette première phase expérimentale. Répartis par groupes en fonction des indications

thérapeutiques pour lesquelles l'usage médical du cannabis est autorisé, l’ensemble de ces patients se verra rappeler les précautions particulières d'utilisation de ces médicaments, les effets indésirables éventuels et les contre-indications à connaître.

Tous les traitements prescrits (par des médecins volontaires et formés, en collaboration avec des pharmaciens également volontaires et formés) seront fournis gratuitement au panel de patients participant à l’expérimentation. On notera par ailleurs que l’ensemble de cette première phase sera supervisé par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

L’engouement pour le CBD en France

Cette expérimentation s’inscrit dans un contexte particulier en France. En effet, si le tétrahydrocannabinol (THC) est officiellement prohibé par la loi française, le cannabidiol (CBD) bénéficie jusqu’ici d’un flou juridique dans lequel se sont engouffrés des commerces d’un nouveau genre ces dernières années. Ainsi, de nombreux points de vente proposent désormais des produits à base de CBD, et pourtant dépourvus de THC : fleurs de cannabis, huile de CBD, produits alimentaires, tisanes, e-liquides… Depuis quelques mois, certaines enseignes proposent même la livraison de CBD dans un contexte marqué par des prises de position récentes de l’Union européenne en faveur de la vente libre de ces produits.

Prisés pour leurs propriétés thérapeutiques, ces produits sont notamment utilisés dans le cadre de douleurs chroniques liées à différentes pathologies : arthrose, fibromyalgie, insomnie… Les partisans du CBD mettent également en valeur ses atouts pour lutter contre l’anxiété ou la dépression. Si certains de ces bienfaits ont pu être étudiés et documentés dans des pays autres que la France, l’absence de réglementation claire dans l’hexagone pousse certains spécialistes à la méfiance, au titre du principe de précaution.

Le cannabis peut en effet avoir des effets indésirables qui, eux aussi, ont pu être documentés. C’est par exemple le cas pour les personnes souffrant de candidose, une infection liée à une levure nommée candida albicans, présente chez chacun d’entre nous. Ainsi, selon une étude menée par la California State Polytechnic University, le cannabis est susceptible d’amoindrir la réponse immunitaire du corps humain face à une menace liée au candida albicans. Mais au-delà de ces exemples médicaux précis, c’est surtout la consommation récréative du CBD qui pose problème aux autorités. À l’heure de débats ne cessant de prendre de l’ampleur sur l’opportunité de légaliser le cannabis récréatif, le succès du CBD en France prouve néanmoins qu’il existe une forte attente autour de cette plante millénaire, en termes de réponses thérapeutiques et de bien-être en général.

Avec le développement des enseignes commercialisant des produits à base de CBD, l’assouplissement réglementaire au niveau de la détention de cannabis et enfin cette première expérimentation de l’usage thérapeutique du cannabis, il semble que la France soit bel et bien entrée dans une nouvelle ère. Il restera désormais aux pouvoirs publics à rendre ces différentes dispositions plus lisibles, dans un souci de cohérence et de sensibilisation du plus grand nombre.


 

Auteur : Emmanuel Higel

Quels sont les bienfaits du jeûne ?

mercredi 19 mai 2021 par Brigitte Femenia

Pour beaucoup, le jeûne n’est qu’un rituel religieux lié à la prière et à l’aumône, un moyen de se rapprocher de Dieu. Il est pratiqué chez les chrétiens catholiques pendant le temps de carême, chez les musulmans pendant le ramadan et chez les juifs au cours du Yom Kippour. Aujourd’hui, il apparait pourtant comme la solution pour vivre longtemps et en bonne santé. Mais beaucoup n’en comprennent pas l’intérêt.
Le centre de Jeûne et randonnée dans le Tarn, les Belles humeurs, vous propose quelques éléments qui vous édifieront sur les bienfaits du jeûne.

Effets positifs du jeûne sur la peau

Lorsque vous arrêtez de manger, votre flore intestinale se repose. Elle perd donc tout contact avec de la toxine. Ce qui lui permet de se rééquilibrer. Ce rééquilibrage de la flore intestinale réduit la production de sébum. Il fait également disparaitre les impuretés. Ainsi, votre peau se régénère et devient plus lisse. Ce qui permet à vos cheveux de se fortifier. Les dents également deviennent plus blanches.

Effets du jeûne sur le système digestif

Connu depuis toujours pour ses vertus diététiques et thérapeutiques, le jeûne est une vraie détox. Il favorise l’élimination de toutes les toxines de l’organisme. Privé de nourriture, l’organisme pioche dans ses réserves. Il absorbe les nutriments, puise dans les sucres, protéines, graisses… Ce faisant, il élimine presque tout ce qui pourrait s’y trouver de toxique. De ce fait, nous assistons à une régénération du foie et des parois intestinaux ainsi qu’à un rééquilibrage de la flore intestinale. Le pancréas et l’estomac sont également mis au repos.

Perte de poids

L’organisme fait souvent face à une alimentation déséquilibrée ou trop riche. Ce dernier stocke les excès de graisses pour pallier les éventuels manques de nourritures. Alors que l’on n’arrive pas à dépenser autant de calories qu’il le faut. Le jeûne réduit les graisses corporelles, conduisant donc à une perte de poids. Le jeûne permet en conséquence de lutter contre les maladies cardiovasculaires.

Effets du jeûne sur les maladies inflammatoires

Le jeûne permet à l’organisme de brûler les excès de substances (graisses sanguines, sucre, acide urique, etc.). Il entraîne également la production de certaines hormones (le glucagon ou l’hormone de croissance TH) ainsi que la baisse de l’insuline. Ceci défavorise l’évolution des maladies inflammatoires (colites ou gastrites, asthme, allergies, arthrite et polyarthrite). Parfois ces maladies sont même guéries définitivement..

Ralentissement du vieillissement

D’après une étude effectuée par des chercheurs de l’Université de Caroline du Sud, respecter cinq jours de demi-jeûne par mois produirait des effets bénéfiques et régénérateurs pour le système immunitaire. En fait, cela ralentirait le vieillissement et réduirait le risque de cancers et de maladies cardiovasculaires..

Effets sur le plan psychique

Le jeûne serait un moyen d’éviter les maladies liées à la mémoire. Il s’agit de la maladie d’Alzheimer, la démence et la perte de mémoire. Cela est possible grâce à certaines protéines produites pendant le jeûne. En effet ces protéines accroissent les mitochondries dans les cellules nerveuses et génèrent de nouveaux neurones dans l’hippocampe. Lesdites protéines améliorent également l’humeur..

Effets anxiolytiques et antidépresseurs

En plus de ses multiples vertus, le jeûne a le mérite de susciter un nouvel espoir de guérison en celui qui le pratique. Il permet de prendre la vie du bon côté. Si vous avez du mal à vous défaire de vos comportements additifs, sachez que le jeûne pourra vous y aider. En effet, le jeûne permet d’interrompre les comportements additifs..

Auteur : boosterlink

Quels procédés pour décarboxyliser du cannabis ?

lundi 3 mai 2021 par Brigitte Femenia

L’utilisation du cannabis entre davantage dans les habitudes de chaque jour. Il est consommé de différentes façons et l’une de ses composantes, le CBD, est la substance la plus recherchée pour ses vertus dans le domaine médical. Mais dans le cannabis sans aucune transformation, les molécules de CBD ou de THC sont présentes sous une autre forme. Ainsi, pour fournir les effets pharmaceutiques bénéfiques qu’on leur reconnait, ces cannabinoïdes ont besoin d’être activés par un processus appelé décarboxylation. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la décarboxylation du cannabis qui reste une étape indispensable pour obtenir le CBD.

Qu’est-ce que la décarboxylation ?

La décarboxylation est une réaction chimique qui se produit généralement sous l’effet de la chaleur pour activer le CBD, le THC ainsi que tous les autres cannabinoïdes que contient le cannabis. Elle permet d’éliminer l’acide carboxylique qui est lié aux cannabinoïdes présents dans le cannabis. Sans cette transformation, les effets recherchés par la consommation de cette substance ne sont pas obtenus de façon fiable.

Pendant le processus de décarboxylation, le cannabis qui contient le CBDA et le THCA, les formes acides des deux principaux cannabinoïdes perd le groupe carboxylé COOH. Du coup, le CBDA devient CBD et le THCA devient THC.

Le rôle de la décarboxylation

Le CBDA et le CBD n’interagissent pas avec le système endocannabinoïde de la même manière. La décarboxylation du CBD permet d’obtenir donc la forme la plus assimilable par l’organisme humain. En effet, sans la chaleur, les cannabinoïdes ne seront pas décarboxylés et ne seront pas actifs sur les récepteurs présents dans l’organisme. Ils ne pourront pas alors passer facilement la barrière hémato-encéphalique sous la forme non transformée.

De la même manière, tant que le THCA ne se transforme pas en THC, il ne pourra pas produire d’effets psychoactifs. Voilà pourquoi la consommation crue du cannabis ne produit pratiquement aucun effet.

La décarboxylation du cannabis par les fumeurs et les vapoteurs

Pour décarboxyler le cannabis ou la fleur de CBD, plusieurs méthodes existent. Il faut noter que pour les amateurs de la vaporisation ou pour les fumeurs, la décarboxylation se fait tout simplement durant le processus de chauffe qui a lieu lors de ces modes de consommations. À l’aide de la flamme, les cannabinoïdes se décarboxylent de façon instantanée, ce qui permet leur assimilation par l’organisme. Néanmoins, l’excès de chaleur qui résulte de cette méthode pourrait détruire certains composés du cannabis qui sont volatils.

La vaporisation quant à elle offre un peu plus de contrôle, car l’appareil chauffe pour activer le THC ainsi que les autres cannabinoïdes à une température précise. Ce faisant, l’utilisateur bénéficie d’une dose presque complète de chacun des composés du cannabis. Ainsi, lorsque le cannabis est vaporisé ou fumé les effets sont immédiats sur l’organisme.

Les différentes méthodes pour décarboxyler le cannabis

Fumer ou vapoter active les cannabinoïdes, mais ceux qui ne consomment pas le cannabis par ces deux manières peuvent procéder autrement.

La décarboxylation par le four

Il s’agit de la méthode la plus répandue et, pour y parvenir, il faut disposer d’un four et d’une plaque de cuisson. La première chose à faire est d’allumer le four et de régler la température entre 105°C et 120°C pour éviter tout risque de détruire le cannabis. Sur la plaque de cuisson, il faut disposer un papier de cuisson avant de mettre la quantité de cannabis voulue. Ensuite, il faut placer la plaque dans le four lorsque la température requise est atteinte.

Le cannabis doit être laissé au four durant une quarantaine de minutes avant d’être sorti. Il présentera un aspect doré et devrait être friable. Si au préalable le cannabis n’était pas effrité, vous pouvez le faire une fois qu’il est sorti du four. Cette méthode est très efficace pour la décarboxylation du cannabis.

La décarboxylation par micro-ondes

Cette méthode exige un peu plus de manipulation pour faire cuire le cannabis. Pour y parvenir, il faut commencer par broyer le cannabis à une consistance moyenne. Il est indispensable de disposer bien évidemment d’un micro-ondes. Après avoir versé l’herbe broyée sur un plateau ou dans un bol pour micro-ondes, il faut faire cuire le tout à puissance moyenne pendant 90 secondes environ. Une fois sorti, le cannabis devrait avoir une odeur assez forte. Dans le cas contraire, vous pouvez recommencer l’opération.

La méthode du micro-ondes est assez délicate, car il n’est pas aisé de contrôler la température et aussi parce que les micro-ondes varient d’un modèle à un autre. Pour ce fait, il faut rigoureusement surveiller le cannabis pour ne pas le brûler. Vous pouvez par exemple monter progressivement en puissance ou simplement opter pour une température plus ou moins basse pour que votre produit soit parfait.

La décarboxylation par la méthode sous-vide

La méthode sous-vide est simple à pratiquer. Il est pratiquement impossible de brûler l’herbe en procédant par cette façon de décarboxyler. Elle est aussi connue comme étant la méthode au bain-marie.

Pour ce faire, commencez par broyer le cannabis à consistance moyenne. Celui-ci doit être placé dans un sachet plastique sous-vide pour évacuer l’air. Si vous disposez d’un autocuiseur sous-vide de précision, il faut le régler à une température de 95 °C. Une fois le sachet placé dans votre appareil, il faut laisser cuire pendant une heure environ.

Si vous n’avez pas d’autocuiseur sous-vide, il suffit de remplir une casserole d’eau que vous porterez à ébullition à grand feu. Dès que l’eau sera à ébullition, il faut baisser le feu et, à l’aide d’un thermomètre, vérifier que la température est entre 95 à 100 °C. Le sachet sera placé dans le bain-marie et cuir durant 60 minutes environ. Cette méthode nécessite de la patience, car elle prend plus du temps dans sa mise en œuvre.

La décarboxylation par la méthode naturelle

La décarboxylation peut se dérouler de façon naturelle avec le temps. Clairement, l’exposition du cannabis à l’usure du temps permet de transformer graduellement le THCA en THC par exemple. Néanmoins, le processus est très lent et la chaleur est inévitablement nécessaire pour accélérer la décarboxylation.

En somme, la décarboxylation est l’unique moyen par lequel tout le potentiel des substances présentes dans le cannabis est libéré. Sans passer par ce processus, il n’est pas possible de bénéficier des bienfaits du CBD. Il en est de même pour ceux qui utilisent le cannabis à fins récréatives qui ne pourra pas être sous l’influence du THC sans son activation. Quel que soit le groupe auquel vous appartenez, vous savez désormais, à travers cet article, comment décarboxyliser votre cannabis pour en profiter sainement.

Auteur : Emmanuel Higel