Les placements retraite

Comment m’y prendre pour investir en vue de compléter ses revenus retraite ?

Aujourd'hui, pour profiter pleinement de sa retraite, le système par répartition mis en place il y a plus d'un demi-siècle ne suffit plus.
Qu'il s'agisse des salariés ou des travailleurs indépendants, la cessation de l'activité professionnelle se traduit, la plupart du temps, par une baisse des ressources de l'ordre de 40 à 50 % au mieux...

Pour préparer correctement sa retraite, mieux vaut s'y atteler le plus tôt possible. Et adapter ses placements à ses moyens. A chaque tranche d'âge correspond un certain nombre de priorités.
 


Faites calculer votre retraite par notre conseiller capmédical en rempliqssant ce formulaire http://www.capmedical.fr/contact.html

LA RETRAITE MADELIN

L’objectif d’un contrat de retraite Madelin, est de pouvoir se constituer une retraite complémentaire qui sera restituée sous forme de rente en parallèle des retraites obligatoires, tout en bénéficiant d’une déduction fiscale des primes versées, c.-à-d. que l’effort d’épargne sera financé en partie par une économie d’impôt.

Il existe trois types de contrat retraite Madelin :

  • Le contrat retraite Madelin mono-support

Investit sur un fond en euros uniquement, le contrat retraite Madelin mono-support permet de sécuriser totalement son investissement pour la retraite, tout en acceptant une rémunération de l’épargne  retraite  Madelin comprise entre 2,5 et 3,5 % par an.

  • Le contrat retraite Madelin multi-support

Le contrat retraite Madelin multi-support permet de répartir son investissement entre différents fonds, du fonds en euros au fonds à risque composé à 100 % d’actions. Les perspectives de gain sur le long terme, peuvent être plus intéressantes, mais il faudra être prudent et surveiller les fluctuations des marchés financiers.

  • Le contrat retraite Madelin en points

Dans le cas du contrat retraite Madelin en points, les cotisations versées sont directement transformées en points retraite. La rémunération de l’épargne se traduit par l’augmentation de la valeur de service du point retraite. (ce type de contrat fonctionnant un peu comme un régime de retraite obligatoire, est peu répandu car peu transparent pour l’assuré). Les points retraite seront transformés en rente au terme du contrat et en fonction de la valeur du point retraite au moment du départ.

Pour plus d’informations sur le contrat retraite Madelin, vous pouvez contacter, sans engagement, notre conseiller Cap medical sur le forum.

Pendant la vie du contrat retraite Madelin

Le principal avantage du contrat retraite Madelin est la déduction fiscale de l’investissement du bénéfice imposable. Plus la tranche marginale d’imposition sera forte, plus l’économie d’impôt sera importante. Par exemple, si la tranche marginale d’imposition est de 30 %, et que l’investissement est de 1.000 euros, l’économie d’impôt sera de 300 euros. c.à.d. que vous aurez placé 1.000 euros pour votre retraite tout en ayant réellement déboursé 700 euros.

Pour rappel, les taux marginaux d’imposition pour 2011 sont de 5,5 %, 14 %, 30 %, ou 41 %. Dans la pratique, l’on considère qu’il faut un taux d’au moins 30 % pour que la souscription d’un contrat dans le cadre fiscal de la loi Madelin présente un réel intérêt fiscal par rapport aux contraintes.

S’agissant de contrats dits non rachetables, la valeur de capitalisation du contrat au 1er janvier est exonérée d’ISF, et ce pendant toute la phase de constitution du contrat retraite (avant la retraite).

Si contrat de retraite Madelin a été alimenté régulièrement pendant plus de quinze ans, la valeur de capitalisation échappera aussi à l’assiette de l’ISF pendant la phase de service de la rente (pendant la retraite).

Pour être déductible, le contrat retraite Madelin doit répondre à certaines conditions. Le versement des cotisations sur un contrat de retraite Madelin doit présenter un caractère régulier dans son montant et sa périodicité. Le contrat Madelin doit exclure le paiement d’un capital au terme (la sortie doit se faire obligatoirement sous forme de rente). Le contrat ne soit pas autoriser le rachat avant la retraite (sauf rachat social). Le contrat Madelin ne doit pas prévoir de capital en cas de décès mais le versement d’une rente viagère.

Pour plus d’informations sur le contrat retraite Madelin, vous pouvez contacter, sans engagement et gratuitement, notre conseiller Cap médical sur le forum.

Les différents frais des contrats de retraite Madelin

Les frais sur versement

Ces sont les frais prélevés sur chaque versement au contrat. Ils permettent de rémunérer le distributeur et la société d’assurance. Ils sont en moyenne de 4 %.

Les frais de gestion

Ce sont les frais pour la gestion du contrat et des fonds d’investissement. Ils sont prélevés sur l’épargne gérée, et varie entre 0.40 et 1 % en fonction du type de support financier. Les taux de rémunération des fonds sont généralement exprimés en taux net, déduction faite de ces frais de gestion.

Les frais de transfert

Les contrats de retraite Madelin étant transférable, les assureurs peuvent prévoir des frais en cas de transfert du contrat Madelin vers une compagnie concurrente. Le cas échéant, ils sont prélevés sur la totalité de l’épargne transférée et varient entre 1 et 5 %. Depuis le 31 octobre 2006, le transfert Madelin est réglementé par un décret en précisant les règles.

Conseils pour la souscription d’un contrat de retraite Madelin

  • Vérifier la tranche marginale d’imposition afin de déterminer précisément l’économie fiscale réalisée.
  • Souscrire un contrat de retraite Madelin (même au minimum) dont la table de mortalité utilisée pour le service de la rente sera celle en vigueur au moment de la souscription dudit contrat (à table de mortalité vérouillé)
  • Privilégier un contrat de retraite Madelin multisupport car celui-ci permettra d’investir dans le fonds en euros, tout en laissant la possibilité par la suite d’arbitrer vers des fonds en actions.
  • Privilégier un contrat retraite garantissant le taux de rente à l’adhésion du contrat, et proposant un large choix d’option de rente, notamment les annuités garanties permettant de garantir un retour sur investissement.
  • Privilégier les contrats Madelin ayant des frais de transfert inférieur ou égal à 1 %, en effet le marché de l’assurance retraite Madelin devant de plus en plus concurrentiel, vous vous laisserez la possibilité de changer d’assureur en limitant les pénalités.
  • Plus de détails sur le forum

AUTRES PLACEMENTS

PERP : Plan d'Epargne Retraite Populaire

Produit d'épargne retraite individuel souscrit auprès d'un établissement bancaire ou d'une compagnie d'assurance vie. L'épargne investie donne lieu au versement d'une rente au moment du départ à la retraite et est assortie d'un avantage fiscal à l'entrée.

Avant 50 ans, pensez au PERP ou au Madelin. Avec ces produits, la règle est identique : en dehors de coups durs comme la fin des allocations chômage, les fonds ne sont restitués qu'à la retraite, et sous forme de rente (sauf sur le Perp, où 20% sont récupérables en une fois). Autant donc ne pas s'y engager trop tôt. «Pas avant d'avoir acquis sa résidence principale, et sans sacrifier les autres formules d'épargne», prévient Andy Bussaglia, du cabinet Family Patrimoine. Et l'opération ne sera vraiment rentable que si vous anticipez une forte chute de revenus à la retraite, qui vous fera baisser d'une, voire de deux tranches d'imposition. Sinon, le bonus fiscal à l'entrée (une déduction des versements, dans la limite de 10% des revenus) sera repris à la sortie (la rente est taxée comme un salaire, après 10% d'abattement).

L'acquisition de la résidence principale

L'épargne accumulée au fil du temps servira d'apport personnel pour acheter sa résidence principale. Le fait d'être propriétaire de son logement procurera au bout d'une quinzaine d'années une économie substantielle et sera particulièrement utile au moment de la retraite.
Les épargnants seront bien inspirés en programmant cet investissement le plus tôt possible, notamment s'ils bénéficient d'un coup de pouce de leurs parents. D'autant que la situation actuelle est propice à l'accession à la propriété malgré la remontée des prix et des taux d'intérêt.
Plusieurs possibilités de financement sont offertes : taux fixes ou taux variables. Les premiers sont plus sûrs mais un peu plus chers.

L'immobilier locatif pour sa fiscalité

Pour obtenir un complément de revenu au moment de la retraite, acheter un bien immobilier pour le louer est une excellente solution.

Le principe est simple : vous achetez un bien à crédit, lorsque vous êtes encore en activité, et vous le louez. Les loyers remboursent tout ou partie des mensualités de votre prêt. De plus, vous pouvez bénéficier de différents systèmes de défiscalisation (Robien, Zone de Revitalisation Rurale, déficit foncier…). Une fois à la retraite, votre prêt immobilier est remboursé et les loyers perçus complètent votre pension.

Au final, l'investissement locatif vous apporte un complément de revenus, un allègement de vos impôts et la constitution d'un patrimoine qui reviendra, le moment venu, à vos enfants. Bon à savoir : en cas de problèmes de santé ou de décès alors que votre crédit n'est pas terminé, les assurances obligatoirement souscrites prennent en charge les mensualités de remboursement. Vos proches sont ainsi protégés.

Indispensable assurance vie

L'assurance vie est un outil idéal pour se constituer un complément de retraite grâce à sa grande souplesse. Elle vous permet en effet d'épargner à votre rythme, tout en choisissant votre stratégie d'investissement. Vous pouvez récupérer votre épargne à tout moment. Et durant votre retraite, vous pourrez puiser sur votre contrat pour compléter vos revenus. Il est également possible de prévoir une sortie en rente viagère.

À 30 ans, privilégiez l'assurance vie.Voilà le produit retraite à souscrire dès son plus jeune âge. D'abord parce qu'il autorise à ... changer d'avis. «En cas de coup dur, vous pourrez toujours stopper vos versements, ou même récupérer la mise», rappelle Sandrine Genet, conseillère en gestion de patrimoine chez Monprojetretraite.fr. Mais aussi parce qu'il faut attendre huit ans pour que les rachats partiels, à condition de ne pas retirer plus de 4.600 euros de gains par an (9.200 pour un couple), soient exonérés d'impôt. Cette formule est souvent plus rentable qu'une sortie en rente, imposée après un abattement dépendant de l'âge de déclenchement. Mais fait courir, rappelons-le, le risque d'épuiser son capital. Comme le taux du fonds garanti en euros ne cesse de baisser (2,4% en moyenne au titre de 2014, les meilleurs fonds ayant tout de même rapporté entre 3 et 3,85%), mieux vaudra placer à risque 30 à 40% de la mise, avant de sécuriser progressivement l'épargne accumulée. Et, si vous le pouvez, via deux ou trois contrats. «Pour éviter d'être piégé, si jamais un des assureurs choisis venait à trop baisser sa politique de rémunération», explique Edouard Michot, président du courtier Assurancevie.com.

A 40 ans, tentez les fonds euro-croissance en assurance vie. A l'inverse du traditionnel fonds en euros, qui garantit le capital en permanence, les tout nouveaux supports euro-croissance des contrats d'assurance vie n'octroient une telle assurance que huit ans, au mieux, après le premier versement. «Il faut donc n'y placer que l'épargne dont on n'a pas besoin dans l'immédiat», conseille Isabelle Perchereau, responsable ingénierie financière chez Predica. L'intérêt, c'est que l'assureur pourra alors mieux placer l'argent, notamment en Bourse. Pour espérer gagner plus, mieux vaudra d'ailleurs lui laisser les coudées franches, en acceptant une durée longue de blocage (au moins dix ans), et pourquoi pas une dose de risque (jusqu'à 20% de perte). Dans ce dernier cas, et sur un horizon de quinze ans, Generali table ainsi sur un gain supplémentaire d'un point par an.

 

 

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Les placements retraite.

@
@
Veuillez cliquer sur pour afficher le code de sécurité à recopier afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.