Retrouvez sur cet espace les actualités dénichées sur le web et concernant la profession d'infirmier(e) libérale. Nous remercions les sites d'origine pour leurs articles.

Ordre infirmier : Ordonnance d’une mort annoncée

samedi 2 avril 2011 par brigitte bibi13

Pour avoir voulu vivre au dessus de ses moyens à travers des dépenses inconsidérées, et pour ne pas avoir voulu entendre pendant 2 ans le fort mécontentement de la profession, le Conseil de l’Ordre vient de signer son arrêt de mort.

Avec un déficit estimé autour de 7, 2 millions d'euros à la fin de son second exercice, l’ordre est désormais acculé à devoir éponger ses dettes lors de sa troisième campagne de relance des cotisations qui va débuter prochainement.

Trop tard, c’est fini
En effet, face au précipice qui désormais l’attire inéluctablement, son conseil d’administration a décidé de le faire entrer en soins palliatifs. La baisse de la cotisation à 30 € annoncée pour les salariés ne correspond ni plus ni moins qu’à l’application d’un cautère sur une jambe de bois. Pour retrouver l’équilibre financier, il faudrait que toute la profession (500 000) accepte de s’inscrire en 2011, et de payer une cotisation alors qu’après 2 ans de chantage et de pression, l’Ordre n’a seulement réussi à en faire rentrer sous son joug que 10%.
Mission impossible.

La CFTC s’insurge et appelle tou(te)s les infirmièr(e)s à continuer à boycotter un ORDRE qui pendant 2 ans les a mené en bateau et qui désormais ferait soudainement appel à la mendicité pour uniquement payer les dettes aventureuses qui ont été engagées.

La CFTC dénonce la pression permanente de certaines directions pour que les jeunes infirmièr(e)s notamment, paient leur cotisation sous peine de ne pas être embauché(e)s,
La CFTC rappelle
• Que le décret prévu à l’article 63 de la loi HPST pour une inscription automatique n’est jamais paru et qu’ainsi les infirmières ne sont pas à ce jour en exercice illégal de leur profession ;
• Que le décret en Conseil d’Etat validant le code déontologique présenté par l’Ordre (droits et devoirs et éthiques de la profession) est resté sans réponse.

La CFTC, se réjouit, enfin, de la réaction rapide et des propos tenus par la Secrétaire d’Etat NORA BERRA, annonçant "qu’elle ne contraindra pas" les infirmières à adhérer à l’Ordre.

La CFTC est désormais prête à discuter avec l’ensemble des partenaires sociaux et les Pouvoirs Publics des missions qui pourraient être étendues au Haut Conseil des Professions ParaMédicales.

Source : www.creusot-infos.com

Ordre infirmier: Paris demande la démission du bureau national

samedi 2 avril 2011 par brigitte bibi13

Dans un communiqué, le conseil départemental de Paris demande la démission du bureau national de l’Ordre infirmier, coupable selon lui d’une « gouvernance suicidaire ».

Le conseil départemental parisien, présidé par Thierry Amouroux, demande en outre un plan d’économie majeur et la création de commissions dédiées aux relations avec le ministère et la BRED, qui refuse désormais de soutenir financièrement l’Ordre.

La baisse de la cotisation à 30 euros pour les salariés votée le 29 mars dernier devait permettre des relations apaisées avec le Ministère de la santé. Il n’en a rien été, et Nora Berra a opposé à l’Ordre une fin de non recevoir cinglante à l’Assemblée Nationale, évoquant une adhésion « facultative » s’il ne « parvient pas à convaincre les professionnels. »

Jeudi 31 mars, Dominique Le Boeuf a annoncé aux élus « l’arrêt de la ligne de trésorerie » par la Bred, seule source de financement actuelle de l’Ordre Infirmier.

La maison brûle, et le bureau national apparaît de plus en plus isolé. Pour plusieurs conseillers, seul une démission du bureau et en particulier de Dominique Le Boeuf, dont les relations avec plusieurs institutions sont désormais notoirement exécrables, peut sauver in extremis l’Ordre infirmier.

Source : www.actusoins.com

Grèves des prélèvements biologiques à partir du 11 avril

samedi 2 avril 2011 par brigitte bibi13

En accordant le statut d’acte médical à la biologie, la réforme mise en place par le gouvernement au travers de l’ordonnance du 15 janvier 2010 a provoqué la colère des infirmières libérales qui appellent à une grève de tous les prélèvements biologiques du 11 au 16 avril prochains.
Cette décision fait donc suite à la « menace d’application de l’ordonnance portant réforme de la biologie, qui exclut les cabinets d’infirmiers libéraux des lieux de prélèvements et qui de façon générale remet en cause le libre choix des patients et l’indépendance professionnelle des infirmières libérales » comme souligné dans un communiqué de la fédération des infirmiers

Source : www.lunion.presse.fr

LE CONSEIL NATIONAL FIXE LES MONTANTS DES COTISATIONS 2011-2012

mardi 29 mars 2011 par brigitte bibi13

Les montants de cotisation pour l’exercice 2011-2012 ont été fixés ce 29 mars en séance de Conseil national.
Cinq hypothèses budgétaires ont été soumises à discussion, puis au vote des membres présents. La majorité a voté pour une cotisation à 30 € pour les infirmiers salariés, les jeunes diplômés, les bénévoles et les infirmiers exerçant à l’étranger.
Les cotisations pour les libéraux et les sociétés d’exercice libéral restent inchangées, soit respectivement 75 € et 150 €.
Ces montants doivent permettre à l’Ordre de remplir ses missions légales avec le concours conjoint de l’État, des organismes prêteurs et de tous les infirmiers.
L’Ordre national des infirmiers
Réunissant tous les types et lieux d’exercice, toutes les spécialités et tous les secteurs d’activité, l’Ordre national des infirmiers est la seule structure où les infirmiers trouvent des services qualifiés répondant à leurs besoins professionnels.
Préparer l’avenir de la profession, l’ organiser, la rassembler sur tous ses modes d’exercice, créer des ponts entre les exercices libéraux, salariés du public et du privé, aborder des sujets éthiques, déontologiques, juridiques, de compétences et de formation, conseiller un infirmier sur son exercice, l’accompagner dans sa vie professionnelle, le défendre contre des accusations excessives ou injustes, des violences ou des pressions inacceptables, tels sont les services que l’Ordre rend à la profession aujourd’hui.
La loi1 a confié à l’Ordre infirmier des missions légales et de services2. Ces missions sont entièrement financées par les cotisations des membres de la profession, garantissant ainsi l’indépendance de l’Ordre, vis-à-vis des pouvoirs public et politique. La cotisation est due annuellement (exercice du 1er mai au 30 avril), elle est obligatoire pour toutes les infirmières et tous les infirmiers en exercice.
Contact presse : Virginie LANLO – 01 71 93 84 67 – 06 20 09 09 14 – vlanlo.oni@orange.fr

Incitations à l'installation des infirmières libérales : l'UNCAM satisfaite, les syndicats moins

jeudi 24 mars 2011 par brigitte bibi13

Le conseil de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) s'est prononcé en faveur de l'ouverture de négociations sur la poursuite du dispositif d'encouragement à l'installation des infirmiers libéraux dans les zones sous-dotées et sur-dotées, prévu dans l'avenant n°1 à la convention.

L'avenant n°1 à la convention signé en 2009, qui arrive à expiration le 18 avril 2011, prévoit une incitation financière à l'installation des infirmiers libéraux dans les zones sous-dotées et, en parallèle, une régulation des installations dans les zones sur-dotées (en conditionnant toute nouvelle installation au départ d'un infirmier libéral de la zone).

En octobre 2010, le directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), Frédéric van Roekeghem, avait salué les "résultats encourageants" du premier bilan du dispositif. Les résultats enregistrés sur les premiers mois d'application de l'accord (avril 2009-janvier 2010) révélaient notamment une forte augmentation, de 11%, des infirmiers installés en zones très sous-dotées, alors que la moyenne nationale d'augmentation des installation s'est située autour de 2,4% sur la même période.

A l'unanimité, au terme d'un deuxième débat sur le sujet, le conseil de l'Uncam s'est prononcé en faveur de l'ouverture de négociations destinées à prolonger cet avenant, sans qu'une date ait pour l'instant été fixée.
__________________________________________________
Les syndicats d'infirmiers libéraux sont moins satisfaits que Frédéric van Roekeghem. Dans un article publié par le Quotidien du médecin le 21 mars 2011, ils pointent la méconnaissance du dispositif par un grand nombre des professionnelles éligibles. Ils regrettent que l'avenant soit basé "sur les chiffres de la démographie d'il y a 10 ans" (Annick Touba, SNIIL) et ne tienne pas compte "des 10 000 à 15 000 remplaçants" (Philippe Tisserand, FNI). Ils dénoncent une fréquente "interprétation autoritaire de l'avenant (par les caisses - ndlr), en n'autorisant aucune dérogation, alors que nous sommes encore dans l'expérimental" (Michel Affergan, Convergence infirmière). Ils critiquent une vision à court terme, qui "ne change rien sur le terrain" (Annick Touba)

--------------------------------------------------

Source : www.infirmiers.com