Manche : un infirmier désespéré s'enchaîne dans les bureaux de la CPAM

Commentaires (0)

Cet article a été publié le par Brigitte Femenia et a été consulté 819 fois.

Un infirmier libéral (Manche) s'est enchaîné ce mardi 20 mars 2018 dans le bureau de la directrice de l'antenne de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de Cherbourg (Manche). Un geste de désespoir pour dénoncer les conditions de travail de cette profession.

Un infirmier libéral (Manche) s'est enchaîné ce mardi 20 mars 2018 dans le bureau de la directrice de l'antenne de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de Cherbourg (Manche). Un geste de désespoir pour dénoncer les conditions de travail de cette profession.

"C'est un véritable mal-être de la profession. On se sent dans l'insécurité la plus totale." Ce mardi 20 mars 2018, vers 16h30 une petite dizaine d'infirmiers libéraux s'étaient réunis devant l'antenne de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de Cherbourg (Manche). Trois quarts d'heure plus tôt, Florent Régal, l'un de leurs confrères, s'était enchaîné au bureau de la directrice de l'antenne.

L'infirmier libéral, à bout, s'est enchaîné dans le bureau de la direction. - Florent Regal

15 000 € à rembourser à la CPAM
La raison ? L'infirmier libéral venait de recevoir une lettre recommandée de la Sécurité Sociale lui demandant de régler 15 000 € d'indus à la CPAM. "On lui reproche d'avoir facturé des actes médicaux non remboursables car ils ne respectent pas la nomenclature des actes médicaux", explique Aurélie Biville, présidente de l'association Unidel Cotentin et collègue de Florent Regal. "Seul problème, ces actes lui ont déjà été remboursés par la Sécurité Sociale et aujourd'hui, avec plus de deux ans de retard, on lui demande de les rembourser. C'est la goutte d'eau."

Une situation dénoncée par les infirmiers libéraux
Inquiets, les infirmiers regroupés en soutien pour leur confrère évoquent de nombreux cas similaires. À Tourlaville (Manche), c'est une infirmière libérale qui a été sommée de rembourser 35 000 €. "Dans le cas de Florent, on lui reproche, entre autres, d'avoir distribué des médicaments pour troubles cognitifs à un patient atteint de la maladie de Parkinson. Seulement, sur l'ordonnance du médecin, ces troubles ne sont pas spécifiés. On lui reproche donc d'avoir fraudé."

Politique de contrôle renforcé sur les ordonnances, difficultés à apporter une justification à la CPAM, les infirmiers ont égrené leurs inquiétudes pendant que leur collègue attendait enchaîné dans les locaux de la CPAM. "Cela fait des années que l'on alerte sur ce problème", déplore Aurélie Biville. "On a essayé de faire remonter la réalité du terrain en dialoguant. Aujourd'hui, on a franchi un cap."

Réunion en mairie
La police est finalement intervenue pour débloquer la situation. Frédéric Bastian, adjoint aux solidarités et membres de SOS Médecins a également été appelé pour dialoguer avec l'infirmier.

Devant cette situation, le directeur de la CPAM de la Manche est arrivé sur les lieux à 18h15. Libéré de ses chaînes par les policiers, Florent Régal, Frédéric Bastian et le représentant de la CPAM ont ensuite poursuivi leur discussion dans les bureaux de la mairie de Cherbourg.

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de L'Infirmière Libérale Francaise ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Manche : un infirmier désespéré s'enchaîne dans les bureaux de la CPAM.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.