COMMUNIQUE DE PRESSE FNI

Commentaires (1)

Cet article a été publié le par Brigitte Femenia et a été consulté 718 fois.

Transformation du système de santé : la FNI alerte
sur les dangers d’un grave conflit avec les infirmiers libéraux

Transformation du système de santé : la FNI alerte
sur les dangers d’un grave conflit avec les infirmiers libéraux

Le Président de la République a annoncé les contours de la réforme destinée à transformer le système de santé. L’une des mesures phares consiste à créer et à financer des assistants médicaux, notamment infirmiers, au service des médecins libéraux.
En clair, dans le prolongement du dispositif ASALEE, ce serait une mesure supplémentaire pour replacer les infirmiers sous la tutelle des médecins libéraux.
La Fédération nationale des infirmiers, premier syndicat national représentatif des infirmiers libéraux, réaffirme son opposition à toute mesure visant à conduire à une régression du rôle des infirmiers et à remettre en cause leur indépendance et leur champ d’activité.
La création des infirmiers en pratique avancée ne doit pas servir de prétexte à démanteler plus encore les compétences des infirmiers généralistes pour en faire des « petites mains » salariées chargées de tenir l’agenda du médecin.
Les 120 000 infirmières et infirmiers libéraux, grâce à leur implantation au coeur des territoires et leur mode d’exercice au domicile des patients sont la pierre angulaire de l’organisation territoriale des soins. Ils réalisent 780 millions d’actes par an pour plus de 11 millions de bénéficiaires. Ils assument une large part de soins non programmés et prennent en charge les sorties d’hospitalisation sans file d’attente.
C’est un maillon essentiel qui est grossièrement oublié dans la réforme. Ce constat tombe au moment où nos négociations conventionnelles avec l’Assurance Maladie sont au point mort, témoignant d’un réel mépris pour la profession.
La FNI, qui a alerté les parlementaires de la situation, appelle le Président de la République à compléter la réforme et à donner de toute urgence des gages aux infirmières et infirmiers libéraux. Les IDEL, acteurs essentiels du virage ambulatoire, n’acceptent pas d’être la cinquième roue du carrosse de la réforme. Autant de revendications oubliées et chaque jour qui passe rapprochent le Chef de l’Etat de l’ouverture d’un grave conflit avec la profession.
Contact presse Fédération Nationale des Infirmiers : 01 47 42 94 13

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour,
Je suis l'épouse d'un infirmier libéral et cela fait maintenant quelques temps que j'exhorte mon époux à se reconvertir, subodorant que les petites gens comme vous et moi, nos si machiavéliques gouvernants n'en ont rien à f..... ! Je fais les comptes de mon mari : je sais vos maigres émoluments pour des AMI et AIS dont le délégué de la CPAM, tel un oiseau de mauvaise augure, vient chaque année vous annoncer la non revalorisation ou l'abandon pur et simple, je sais la non revalorisation depuis des années de vos indemnités kilométriques, je vois, je sens les couleuvres que l'on vous fait avaler.
C'est partout pareil : "des travailleurs" (au statut de salarié ou d'indépendant) oeuvrant à des missions de service public auprès des citoyens, croulent sous le travail pour des subsides de misère tandis que parallèlement "on" vide leur métier de tout sens en restructurant/déstructurant pour, au bout du compte, se voir déposséder de missions essentielles.
Quel but poursuivent ces gens ? Veulent-ils revenir au temps des serfs taillables et corvéables à merci?! Alors, la liberté de penser et de réfléchir acquise de haute lutte au siècle dernier dans les écoles de la République, nous allons les laisser nous en déposséder pour revenir dans les chaînes ? Ce n'est pas cet avenir que je souhaite à mes enfants. Je suis prête à me battre à vos côtés pour défendre les intérêts communs à tous ces actifs, objets de tant d'opprobre et de mépris de la part de ces personnes si hauts placés qui se "goinfrent" de notre valeur ajoutée, à savoir, le droit de travailler dans la dignité contre un pécule décent.
Donc, j'en appelle à un sursaut citoyen : jusqu'à quand allons-nous accepter de nous laisser tondre ? A la Bastille..., devant vos ARS respectives, les Préfectures, les URSSAF (enfin, ce qu'il en reste), les CHU aux heures indues qui sont les vôtres, manifestation tournante jusqu'à ce qu'à reddition totale des premiers de cordée.
Courage Citoyens
Cordialement,

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile)

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de L'Infirmière Libérale Francaise ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article COMMUNIQUE DE PRESSE FNI.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.