Cannabis thérapeutique : l’autorisation d’expérimentation est désormais officielle en France

Commentaires (0)

Cet article a été publié le par Brigitte Femenia et a été consulté 74 fois.

Longtemps tenu éloigné des protocoles thérapeutiques en France, le cannabis à usage médical fait l’objet depuis quelques jours d’une autorisation d’expérimentation dans l'hexagone. Périmètre d’expérimentation, usage pharmaceutique et projections sur l’avenir : un point complet sur le cannabis thérapeutique en France.

La France rattrappe son retard

En autorisant officiellement l’expérimentation du cannabis thérapeutique, la France rejoint une trentaine de pays dans le monde dans lesquels il est déjà possible de se faire prescrire des traitements médicaux à base de cannabis. Si cette première étape ne consiste pour le moment qu’en un test “grandeur nature”, elle constitue néanmoins un réel espoir pour de nombreux malades qui réclamaient, en vain, l’évolution de la réglementation française en la matière, depuis plusieurs années.

Autorisée par l’Assemblée nationale en 2019, puis retardée pour cause de crise du Covid, cette première expérimentation est mise en place depuis le printemps 2021, auprès de 3000 patients. Elle fait l’objet du décret n° 2020-1230 paru le 7 octobre 2020, qui en précise les détails.

En inscrivant cette expérimentation dans un processus légal et réglementaire, la France prend donc le sillage de nombreux pays ayant franchi ce cap au cours des dernières années. Les Pays-Bas, précurseurs européens en la matière (le cannabis thérapeutique y est autorisé depuis 2003), ont en effet ouvert la voie à de nombreux autres pays du continent : Italie, Norvège, République Tchèque, Angleterre, Allemagne... Ailleurs dans le monde, le cannabis à usage médical progresse également, des Etats-Unis (où son utilisation est légale depuis 1996 en Californie) à l’Israël, en passant par le Canada ou encore le Chili, l’Australie ou la Nouvelle Zélande. Ces derniers mois, les chinois ont également accéléré leur réflexion sur le sujet, en autorisant notamment la culture de cannabis à visée thérapeutique sur leur territoire, de manière réglementée.

Les détails du décret paru en Octobre 2020

Depuis le 9 octobre dernier et la parution du décret cité plus haut, les choses se précisent en France. Ainsi, et selon les autorités, l’expérimentation de l’usage thérapeutique du cannabis s'opérera prochainement “dans un cadre contrôlé et limité auprès de patients souffrant de maladies graves”.

Les pathologies entrant dans le périmètre de l’expérimentation

Comme le détaille le décret, l'expérimentation française de l’usage thérapeutique du cannabis est prévue pour une durée de 2 ans, et concernera uniquement certains situations clinique ou indications thérapeutiques précises, parmi lesquelles :

  • les pathologies du système nerveux central, incluant notamment les douleurs musculaires liées à la sclérose en plaques ;

  • les douleurs neuropathiques sans réponse de la part de la médecine traditionnelle ;

  • certaines formes d'épilepsie résistantes aux traitement traditionnels prescrits ;

  • certains symptômes rencontrés par les malades du cancer ;

  • les cas palliatifs, pour les patients en fin de vie.

Un usage pharmaceutique encadré

Par ailleurs, les usages liés à cette expérimentation ont également été détaillés. Si les produits prescrits auront la particularité de contenir du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et du cannabidiol (CBD), leur méthode de consommation est très stricte :

  • un usage sous forme orale grâce à des capsules et solutions solubilisées dans une matrice huileuse contenant du THC et du CBD ;

  • un usage par inhalation sous forme de vaporisation telle que des sommités fleuries séchées ou des granulés, contenant du THC et du CBD.

Au total, ce sont 3000 patients français qui vont pouvoir bénéficier de cette première phase expérimentale. Répartis par groupes en fonction des indications

thérapeutiques pour lesquelles l'usage médical du cannabis est autorisé, l’ensemble de ces patients se verra rappeler les précautions particulières d'utilisation de ces médicaments, les effets indésirables éventuels et les contre-indications à connaître.

Tous les traitements prescrits (par des médecins volontaires et formés, en collaboration avec des pharmaciens également volontaires et formés) seront fournis gratuitement au panel de patients participant à l’expérimentation. On notera par ailleurs que l’ensemble de cette première phase sera supervisé par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

L’engouement pour le CBD en France

Cette expérimentation s’inscrit dans un contexte particulier en France. En effet, si le tétrahydrocannabinol (THC) est officiellement prohibé par la loi française, le cannabidiol (CBD) bénéficie jusqu’ici d’un flou juridique dans lequel se sont engouffrés des commerces d’un nouveau genre ces dernières années. Ainsi, de nombreux points de vente proposent désormais des produits à base de CBD, et pourtant dépourvus de THC : fleurs de cannabis, huile de CBD, produits alimentaires, tisanes, e-liquides… Depuis quelques mois, certaines enseignes proposent même la livraison de CBD dans un contexte marqué par des prises de position récentes de l’Union européenne en faveur de la vente libre de ces produits.

Prisés pour leurs propriétés thérapeutiques, ces produits sont notamment utilisés dans le cadre de douleurs chroniques liées à différentes pathologies : arthrose, fibromyalgie, insomnie… Les partisans du CBD mettent également en valeur ses atouts pour lutter contre l’anxiété ou la dépression. Si certains de ces bienfaits ont pu être étudiés et documentés dans des pays autres que la France, l’absence de réglementation claire dans l’hexagone pousse certains spécialistes à la méfiance, au titre du principe de précaution.

Le cannabis peut en effet avoir des effets indésirables qui, eux aussi, ont pu être documentés. C’est par exemple le cas pour les personnes souffrant de candidose, une infection liée à une levure nommée candida albicans, présente chez chacun d’entre nous. Ainsi, selon une étude menée par la California State Polytechnic University, le cannabis est susceptible d’amoindrir la réponse immunitaire du corps humain face à une menace liée au candida albicans. Mais au-delà de ces exemples médicaux précis, c’est surtout la consommation récréative du CBD qui pose problème aux autorités. À l’heure de débats ne cessant de prendre de l’ampleur sur l’opportunité de légaliser le cannabis récréatif, le succès du CBD en France prouve néanmoins qu’il existe une forte attente autour de cette plante millénaire, en termes de réponses thérapeutiques et de bien-être en général.

Avec le développement des enseignes commercialisant des produits à base de CBD, l’assouplissement réglementaire au niveau de la détention de cannabis et enfin cette première expérimentation de l’usage thérapeutique du cannabis, il semble que la France soit bel et bien entrée dans une nouvelle ère. Il restera désormais aux pouvoirs publics à rendre ces différentes dispositions plus lisibles, dans un souci de cohérence et de sensibilisation du plus grand nombre.


 

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de L'Infirmière Libérale Francaise ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 55 x 31 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Cannabis thérapeutique : l’autorisation d’expérimentation est désormais officielle en France.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 55 x 31 = ?