Le métier d’infirmier : ces spécialisations qui s’offrent à vous


Commentaires (0)

Cet article a été publié le par Brigitte Femenia et a été consulté 121 fois.

Contrairement à ce qu’il laisse paraître aux yeux du grand public, le métier d’infirmier regorge d’opportunités de spécialisation. Découvrons-les ici !  

L’une des professions les plus nobles au monde s’avère celle d’infirmier. En effet, ce professionnel s’occupe des patients avant, pendant et après la prise en charge par un médecin. C’est pourquoi l’exercice du métier requiert l’obtention d’un diplôme précis, délivré par l’État après trois ans de formation. En outre, l’infirmier peut opter pour une spécialisation à l’issue de ce parcours. De quoi s’agit-il concrètement ? On vous en parle.

L’infirmier généraliste : une carrière pouvant progresser

L’infirmier en soins généraux est un collaborateur incontournable du médecin. Il l’assiste sur divers plans dans la prise en charge des patients (relevés de température, prise d’autres paramètres…). Son rôle peut se résumer à l’aide au maintien, à l’amélioration ou même au rétablissement de la santé des patients, tant sur le plan physique que psychique et social.

Bien que ce rôle soit très noble et satisfaisant, l’infirmier peut faire plus en décidant de se spécialiser. On constate d’ailleurs une très forte demande dans le domaine par des offres d’emploi pour IADE. En réalité, tout comme un médecin généraliste peut se spécialiser dans un secteur précis, l’infirmier peut s’intéresser 4 possibilités. Il peut notamment devenir :

  • Infirmier anesthésiste ;

  • Infirmier en bloc opératoire ;

  • Infirmier puériculteur ;

  • Infirmier en pratique avancée.

Les 4 spécialisations possibles de l’infirmier

Commençant par la spécialisation d’infirmier anesthésiste (IADE), il permet au professionnel pratiquer divers actes d’anesthésie sous le contrôle d’un médecin. Plus précisément, le rôle de l'iade consistera à pratiquer des anesthésies générales, des anesthésies très ciblées, des réanimations postopératoires, etc. Il faut une formation de deux ans sanctionnée par un master pour exercer ce métier. Le salaire brut qui s’y attache mensuellement oscille de 1800 € à 2900 €.

Concernant l’infirmier en bloc opératoire, il doit avoir suivi une spécialisation de 18 mois. Son rôle sera d’assister le chirurgien par la pratique de trois actes : écarter, aspirer le sang ou d’autres liquides organiques, électro-coaguler pour cicatriser. L’infirmier en bloc opératoire gagne entre 1900 € et 2800 € bruts par mois.

L’infirmier puériculteur suit une formation d’un an pour sa spécialisation. À l’issue de celle-ci, il devient apte à travailler au sein des services de pédiatrie des hôpitaux. Son salaire grossit de 1500 € en début de carrière à 2500 € en fin de carrière.

Pour finir, l’infirmier en pratique avancée suit une spécialisation de deux années sanctionnée par un master. Il réalise des actes techniques parfois réservés aux médecins. Il s’agit d’un nouveau métier dont les spécificités se laissent encore découvrir.

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de L'Infirmière Libérale Francaise ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 5 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Le métier d’infirmier : ces spécialisations qui s’offrent à vous.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 5 = ?