Pourquoi les infirmiers libéraux sont en colère


Commentaires (0)

Cet article a été publié le par Brigitte Femenia et a été consulté 293 fois.

Catégorie : actualité

LA CHRONIQUE DE STÉPHANE DEMORAND. Cette catégorie de personnels de santé, dont les actes n'ont pas été réévalués depuis 2009, n'est pas la seule à faire entendre sa voix.

Les infirmiers libéraux seraient-ils les grands oubliés de la crise sanitaire ? Réunis dans le collectif Les infirmiers libéraux en colère, ils appellent à une mobilisation le 19 mars prochain afin de faire entendre leur voix et leurs revendications.

Le collectif, asyndical, réunit déjà plus de 10 000 infirmières et infirmiers et une pétition a été lancée le 21 janvier à l'intention du ministre délégué de la Santé, Frédéric Valletoux. Un sentiment de ras-le-bol général monte dans une profession qui se sent délaissée et qui lance un appel au président de la République Emmanuel Macron dans une lettre ouverte.

Une rémunération indigne

L'année 2009 a été celle de la dernière revalorisation des actes infirmiers, qui n'ont pas connu d'augmentation depuis. L'intervention des infirmiers libéraux se fait principalement au domicile des patients et leur indemnité de déplacement est restée bloquée à 2,50 euros depuis plus de dix ans, tandis qu'elle est de 4 euros chez les kinésithérapeutes et de 10 euros chez les médecins.

Mais ce sont l'ensemble de leurs actes qui sont sous-rémunérés, comme la prise de sang, facturée 8,83 euros bruts au domicile, contre 6,08 euros au cabinet. Les 120 000 infirmiers libéraux, sans qui la machine médicale de ville ne pourrait fonctionner, gagnent péniblement 12 euros de l'heure en visitant pas moins de quatre patients dans ce laps de temps. La course au chiffre d'affaires les oblige à suivre un rythme frénétique et à accumuler les heures bien au-delà des trente-cinq réglementaires afin de tirer un revenu décent de leur activité.

La députée Les Républicains Alexandra Martin a interpellé Frédéric Valletoux, le 5 mars, sur la pénibilité du métier d'infirmier : « Quand allez-vous enfin prendre au sérieux le mal-être des infirmiers libéraux et reconnaître la pénibilité de cette profession ? Présents sept jours sur sept et 365 jours par an au chevet des patients, sur l'ensemble du territoire national, ils sont souvent les seuls visages accessibles aux personnes en perte d'autonomie qui souhaitent rester chez elles. Aujourd'hui, ces professionnels sont épuisés, leurs difficultés de trésorerie s'accumulent, la revalorisation de leurs actes reste inchangée depuis quinze ans, ce qui a entraîné une perte de revenus d'environ 21 %, ce qui est inadmissible. » La question de la prise en compte de la pénibilité a été reçue par le ministre qui a demandé… un rapport à l'Igas, l'inspection générale des Affaires sociales.

Les médecins et les kinésithérapeutes aussi

Les infirmiers ne sont pas les seuls à faire entendre leur voix, les médecins mènent actuellement une négociation avec la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) en vue de signer une nouvelle convention. En cas d'échec, ils menacent de se déconventionner en masse, ce qui aurait de graves répercussions sur l'accès aux soins.

La négociation se poursuit dans un climat tendu et les positions des différents acteurs peinent à trouver un point d'accord. Les syndicats de médecins dénoncent des demandes excessives en contrepartie de la revalorisation du tarif de la consultation qui pourrait atteindre, à terme, les 30 euros.

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de L'Infirmière Libérale Francaise ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Pourquoi les infirmiers libéraux sont en colère.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.